MON BUTIN : NECTAR, POLLEN, PÉTALES

Les abeilles récoltent sur les fleurs le jus sucré du nectar, pour l’énergie qu’elles vont consommer, et les protéines du pollen pour la croissance de leurs jeunes. Certaines solitaires, comme les mégachiles, y ajoutent des feuilles soigneusement coupées pour tapisser le nid qu’elles vont construire dans les cavités des bois. Les raffinées préfèrent les pétales.

Le « nez » de Vespa velutina

Pour la détection à longue portée de leur butin et de leurs proies, les frelons utilisent essentiellement les signaux olfactifs émis par ceux-ci. Les différentes sources de nourriture – dans le cas qui nous intéresse les colonies d’abeilles enruchées – émettent des odeurs qui permettent aux frelons de les localiser. Mais de quelles odeurs s’agit-il exactement ?

JE CHERCHE DE L’OR AVEC MES INSECTES SOCIAUX

Il en est qui cherchent des truffes avec leur cochon, voire avec un chien soigneusement dressé. Il en est d'autres qui vont bientôt chercher de l'or avec leurs fourmis ou leurs termites. Cela se passe en Australie, c'est expliqué dans les revues scientifiques et techniques et c'est la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation qui a levé le lièvre.

Hiberner comme la marmotte. Hiverner comme le trappeur et l’abeille.

Pourquoi l'abeille fait-elle du miel alors que la plupart des insectes se contentent de consommer le nectar des fleurs ? Quels sont les animaux qui hibernent et comment cela se traduit ? De la marmotte des Alpes dont la température interne chute de plus de trente degrés à la production de protéine antigel par certains insectes, nous marquons l'entrée dans la période hivernale.

L’ABEILLE DU CAP : UNE FAUSSE BONNE IDÉE

Chez les abeilles mellifères, la reine est la seule femelle reproductrice de tout un peuple, le maillon essentiel. Si elle disparaît, la survie de la colonie n’est pas assurée d’entrée de jeu. Ni la création de cellules royales avant le départ de la reine par essaimage, ni l’élevage d’une reine de sauveté après disparition accidentelle de la reine, n’assurent au peuple survivant une sécurité totale. L’avenir d’une colonie est toujours problématique !
Essaim en vol

ESSAIMAGE : SUIVEZ LE GUIDE !

En observant un banc de poissons dans une rivière, du haut d’un pont, avez vous déjà remarqué avec quelle vélocité et quel ensemble ils changent soudain de direction ? Dans beaucoup d’espèces, les déplacements se font en groupe : migrations saisonnières, déplacements à la recherche de nourriture, retour à l’abri. Comment diable s’orientent-ils : prédisposition génétique, choix collectif, ou bien, comme pour les essaims d’abeilles, conduite par une partie restreinte du groupe ?

UNE SEULE BONNE TÊTE DANS LE TAS

On dit parfois que des abeilles reconnaissent leur apiculteur. D’encore plus belles histoires, peu vérifiables, parlent de colonies qui sortent en masse à la mort de leur berger, ou envahissent pacifiquement la maison du maître le jour de ses funérailles ! Aujourd’hui pourtant, des abeilles ont été entraînées à reconnaître visuellement un visage humain.

A CHYPRE, LES ABEILLES ÉTOUFFENT LES FRELONS TROP CURIEUX (1/2)

Les abeilles asiatiques (Apis cerana) ont développé une stratégie qui leur permet de tuer les éclaireurs des frelons asiatiques géants (Vespa mandarinia) par "thermo-balling" c'est à dire en les "emballant" dans un épais cocon d'ouvrières qui vont monter en température jusqu'à atteindre le niveau létal pour le frelon. A Chypre, la race locale de l'abeille européenne (Apis mellifera cypria) a inventé une stratégie plus élaborée contre son principal prédateur, le frelon oriental (Vespa orientalis).

A CHYPRE, LES ABEILLES ETOUFFENT LES FRELONS TROP CURIEUX (2/2)

A Chypre, la race locale de l'abeille européenne (Apis mellifera cypria) a inventé contre son principal prédateur, le frelon oriental (Vespa orientalis), une stratégie élaborée, en combinant DEUX techniques, en emballant et en chauffant MAIS AUSSI en étouffant l'éclaireur par recouvrement et fermeture des stigmates. C'est l'asphyxia-balling, un nouveau comportement de défense, jusque là inconnu dans le règne animal.

FAIBLESSE GENETIQUE DE L’ABEILLE FACE AUX PESTICIDES

Chez les apiculteurs, il est parfois de bon ton de dire que l'abeille mellifère est là depuis tellement longtemps, qu'elle en a tellement vu d'autres, qu'elle s'adapte si bien à tous les changements, ... bref, qu'elle saura aussi passer avec succès les épreuves actuelles : mondialisation, parasites, maladies, métissage, et même les pesticides ! La publication du séquencement des gènes dans le génome de l'abeille ne soutient pas vraiment cet optimisme.

COMMENT SE FABRIQUE UN INSECTE SOCIAL

Pour la 100ème entrée de ce blog, fallait-il une très courte anecdote, une petite question restée jusqu'ici sans réponse, une admonestation à relire les 99 entrées précédentes ? Voila déjà un joli texte synthétique d'Edward Wilson : Comment se fabrique un insecte social. Sinon, la série continue. On vous a déjà préparé une jolie surprise pour la 200ème entrée.

ABEILLON 007, VOTRE MISSION …

De tous temps, les humains ont utilisé les animaux comme auxiliaires d'attaque et de défense et comme cobayes pour tester sur eux pleins de choses désagréables. L'avantage des insectes, c'est que cela ne coûte presque rien et s'éduque très facilement, que leurs performances sont infiniment supérieures à celles de tous les autres animaux et encore plus des outils électroniques, et que tout le monde se contrefiche de ce qui pourrait leur arriver.

Les animaux dans la guerre : ils n’eurent pas le choix

Les Britanniques ont érigé à Londres un monument pour célébrer le souvenir des animaux de la Grande Guerre et de celles qui ont suivi. La première guerre mondiale a en effet « consommé » des millions d'animaux, auxiliaires requis, chevaux (huit millions pour la seule armée britannique), chiens, pigeons voyageurs, mules, éléphants, chameaux et même vers-luisants.

Les bourdons déclinent au Royaume Uni

Les différentes espèces de bourdons Bombus, sont aussi des pollinisateurs parfois indispensables dans des zones où une riche végétation particulière permet l'existence de toute une faune très diversifiée. Il n'y a pas que le "mitage" des territoires et le remplacement de la flore indigène par d'autres qui menacent les bourdons. Dans ces zones à protéger, la Fondation Britannique pour la Conservation des Bourdons a réclamé l'interdiction des activités apicoles.

Une abeille de Carniole un peu jaune

Alertés par ce Hollandais un peu farfelu qui prétendait que les abeilles « jaunes » qu'il importait de Suède faisaient merveille sur les fleurs « jaunes » de ses potirons, nous avons mené l'enquête ... et fait chou-blanc. En Norvège pourtant, on s'inquiète parce que les « carniques » locales ont parfois des anneaux jaunes ! En fait la couleur n'est pas, pour les races d'abeilles, un critère synthétique et les variations naturelles existent sans être signe d'hybridation.

Où est passée l’abeille britannique ?

B... as in BRITISHNESS ! Britishness as in British BEEF, British BEER, British BEES ! Well, regarding the British Bees, the plot thickens... Depuis Varroa destructor, l'abeille britannique est en pleine déconfiture et on doit aujourd'hui en importer d'Australie, de Nouvelle-Zélande et même d'Europe continentale. Fasse le Ciel qu'un imbécile n'aille pas en chercher n'importe où, important n'importe quoi avec elles !

L’OCELLE CENTRAL DE LA LIBELLULE

Chez nos abeilles eusociales, les trois petits yeux sur le sommet de la tête servent essentiellement à voir les UV solaires à travers les nuages. Ils aident à l'orientation et peut-être à la stabilité de la navigation. Mais pour une espèce de libellule, l'ocelle central est doté de propriétés particulières qui servent en période de reproduction.